Nuit des musées: chez Gustave Flaubert

Cette année, comme les ans, nous participons à la nuit des musées. Nous adorons visiter les musées et monuments à la tombée de la nuit. On a une autre vision des lieux.

Notre première escale a été le musée des Beaux Arts de Rouen. Nous avons flané à travers les galeries. Mes peintures préférées sont celles des impressionnistes qui ont si bien peint notre belle Normandie: Sisley, Renoir, Manet et bien évidemment Monet.

Puis nous nous sommes rendus au musée de la médecine.

Vous allez me demandez quel est le rapport avec les plantes et bien justement j’y viens! Le musée de la médecine se situe dans la maison natale de Gustave Flaubert, célèbre écrivain normand qui a entre autre écrit Madame Bovary (roman que j’affectionne beaucoup). Et ce musée renferme un petit jardin médicinal.

Ce jardin de 400m² environ est ceint de grands murs en pierre. Un oasis dans le centre ville de Rouen.

Nous avons assisté à une conférence de 1h sur les plantes médicinales et avons pu découvrir l’apothicairerie du musée.

Beaucoup de plantes médicinales ornent nos jardins sans que nous le sachions. A titre d’exemple: l’ortie, la rose de Noël, l’alchemille, la bourrache, le pavot, la menthe… Le jardin du musée est divisé en petites parcelles: les plantes réservées aux femmes, celles qui ont des vertus digestives, celles bonnes pour tout…

La couleur des plantes correspondait au mal dont on souffrait. Les plantes rouges étaient utilisées pour les maladies du coeur ou pour les menstruations des jeunes filles, les plantes jaunes pour la bile…

Nous avons également été éclairés sur l’origine de certaines plantes. La conférencière nous a expliqué l’origine du « chardon Marie« . « La vierge Marie voulant échapper à Hérode se serait cachée derrière un bosquet de chardons et en voulant donner le sein à Jésus, quelques gouttes de lait seraient tombées sur les feuilles de chardin, lui attribuant des nervures blanches.

Chardon Marie

Nous avons également vu de la cigüe, poison avec lequel  Socrate est mort.

Puis nous sommes entrés dans le musée. Outre toutes les machines de tortures utilisées il y a plusieurs années, nous avons découvert l’apothicairerie, ainsi que l’Herbier de Nicolas Flaubert, le grand-père de Gustave Flaubert.

Nous n’avons pas regretté cette visite qui nous a appris beaucoup  et qui m’a donné envie de me pencher davantage sur les plantes médicinales. Je crois que je ne verrai plus les talus comme avant car ces plantes sont présentes partout.

ps: Les photos que j’ai prises ne sont pas de grandes qualités car je n’avais pas pensé à prendre mon appareil photo, on a donc utilisé le portable et c’était la tombée de la nuit. Elles ne reflètent  donc pas vraiment notre visite. J’ai donc pris quelques photos sur Internet. La première est à moi mais les autres étant trop floues, j’ai réussi à retrouver les mêmes sur Internet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s