Mon côté « nature »

P1130290 - Copie

Depuis la plus tendre enfance j’ai été au contact de la nature.La semaine je vivais chez mes grands-parents qui disposaient d’un très grand terrain, environ 5 000  m² avec une forêt aux alentours. Autant vous dire que mon aire de jeux était démentielle! J’ai passé des moments incroyables avec mes cousins, on construisait des cabanes dans les arbres, on jouait à cache-cache, on s’inventait des histoires, on cueillait des jonquilles pour nos maîtresses, des mûres pour faire des confitures, on ramassait les noisettes sur le chemin de l’école, on ramenait des châtaignes que l’on faisait griller… Mes grands-parents avaient également des animaux: des poules, des lapins, des moutons, des oies (qui me courraient après), des dindins, des pigeons, des chèvres… une petite ménagerie dont j’aimais m’occuper. Je leur apportait de l’eau, des graines, j’allais chercher les œufs… Une enfance en toute simplicité, en toute insouciance, au plus proche de la nature. Et bien évidemment, mon grand-père avait un potager immense. A vrai dire, il avait 3 potagers immenses: un devant la maison, un sur le côté et un derrière. Je me rappelle tous ces légumes incroyables qu’il cultivait, toujours en grosse quantité. Des rangs de radis, de carottes, de haricots, de pommes de terre, de poireaux, d »oignons et d’échalotes… On mangeait beaucoup de produits naturels, directement cueillis au jardin.

Je me rappelle que j’aimais passer du temps avec mon grand-père, arroser les plants, cueillir les récoltes, équeuter les haricots… Mais je me souviens également que mon grand-père n’était pas très pédagogue. J’ai appris en l’observant, en le suivant à la trace. Mon grand-père était fier de son potager et il le pouvait! Il y passait énormément de temps.

Et puis j’ai grandi, je suis devenue adolescente, puis étudiante. J’ai pris mon envol mais j’ai toujours gardé ce petit côté « nature ». J’ai créé un petit jardin sur mon balcon de 10m avec quelques potées, j’avais beaucoup de plantes intérieures. Et puis j’ai rencontré ma moitié et lorsque nous avons acheté la maison, mon côté nature a resurgi!

Nous aimons nous occuper de notre jardin, le nettoyer, le rendre plus beau, l’aménager… et surtout y passer du temps!

J’aimerai transmettre ce goût pour le jardin et la nature à ma fille. Lui faire comprendre la beauté et l’utilité du monde végétal qui nous entoure. je veux aussi lui faire découvrir que les légumes ne viennent pas seulement du supermarché, qu’ils ne poussent pas dans des boîtes de conserves!!! Cultiver ses propres légumes, c’est les semer, les voir grandir, les récolter et les manger. Et puis, manger les fruits et légumes de son jardin, c’est une véritable réussite, parfois ponctuée d’échecs. Mais cela permet de rester humble, de persévérer, d’apprendre la patience et le goût des bonnes choses.

Pour le moment, elle aime mettre les mains dans la terre, semer les graines, arroser les plants… même si elle ne comprend pas tout, elle le fait avec plaisir. Et je lui souhaite que ce plaisir perdure. Bien évidemment, si elle n’aime pas ça, je ne la forcerai pas. Mais elle restera une rurale, élevée dans un environnement champêtre!

P1130679 - Copie

Publicités

Une réflexion sur “Mon côté « nature »

  1. Très bel article que j’ai eu plaisir à lire, des souvenirs émouvants, touchants, une belle sensibilité.
    Il me semble que, déjà, la passion se transmet! Si la puce aime jardiner avec maman aujourd’hui, elle en gardera de doux souvenirs à son tour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s