Réduire ses déchets -1 an après

En janvier dernier, nous avons pris la résolution de réduire nos déchets afin de limiter notre impact sur l’environnement. J’avais d’ailleurs rédigé un billet ici et ici afin d’expliquer nos petits gestes du quotidien. Cela fait maintenant presque 1 an et j’avais envie de dresser le bilan de tous les efforts faits au cours de cette année. Certains ont été de vrais succès, d’autres de véritables échecs. Mais ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes pas les rois du zéro déchet mais en même temps ce n’était pas le but. Certaines personnes, comme la famille Zéro déchet, arrivent très bien à limiter au maximum leur déchet. Mais pour nous, le but était de réduire un peu nos déchets, sans que cela ne devienne une obsession.

Au bout d’un an, le constat est que l’on produit toujours des déchets, encore trop à mon goût, et que l’on doit continuer nos efforts. Mais paradoxalement, réduire ses déchets demande beaucoup d’efforts et est parfois assez compliqué. Rien qu’à voir la tête de mon boucher lorsque je lui tends des contenants pour mettre la viande, ou l’obligation de refuser constamment des sacs, même en papier, inutiles pour envelopper la boîte de médicaments chez le pharmacien. Et puis parfois le dilemme au supermarché entre des carottes bio avec emballage plastique versus des carottes pleines de pesticides en vrac???

Je pense que le meilleur moyen est tout simplement de moins consommer mais de consommer mieux, en favorisant le local, en mangeant des produits simples et surtout en cuisinant soi-même.

Voici une petite liste de nos réductions de déchets:

  • Côté cuisine

Plus de bouteilles en plastiques: un cruche en verre avec de l’eau du robinet placée au réfrigérateur pour ôter l’odeur et le goût de chlore et le tour est joué!

Plus de sopalin à table mais des serviettes en tissu.

Plus de conserves, et surtout pas de plats préparés (il nous arrivait d’en acheter rarement mais depuis 1 an, c’est terminé): des légumes frais du jardin, du primeur et parfois du supermarché.

Plus de film étirable, de papier aluminium: on opte pour des boîtes en verre, des torchons posés sur les plats…

Des plats faits maison: alors certes cela prend plus de temps mais c’est tellement meilleur. Tous les soirs, je cuisine, ce n’est pas forcément des plats très élaborés mais ce qui est simple est souvent meilleur. Des soupes, des purées, des légumes, des féculents bio (achetés en vrac), des pâtes bio…

Des biscuits, gâteaux et autres gourmandises fait maison: je m’organise pour cuisiner des biscuits ou des gâteaux le mercredi et le week-end pour pouvoir tenir la semaine. Et ça fonctionne assez bien. Malheureusement, mon objectif « vers la fin des biscuits industriels » n’a pas été entièrement obtenu car Monsieur et la demoiselle veulent parfois des biscuits que je ne sais pas faire, comme les choco ou les pépitos. Donc je fais quelques concessions en limitant ces produits ( plein d’huile de palme) et d’emballages.

sablés personnalisés

Nous essayons de réduire notre consommation de viande mais cela est difficile car Monsieur est un véritable carnivore. Je compense en en mangeant de moins en moins. Cette année, nous avons découvert les dahls, des plats d’origine indienne qui allient féculents, légumineuses et légumes. Un plat complet et sans viande!

Nous achetons tout de même des produits emballés dans du plastique: du jambon, de la crème fraîche, du beurre, quelques yaourts, des biscuits, un peu de bonbons… Mais nous consommons plus de fruits et légumes, les épluchures allant nourrir notre composteur. L’idée n’est pas d’être trop rigides et de nous priver de tout. Car dans ce cas, le plaisir n’est plus là.

Le point positif est que notre commune va, dès 2018, augmenter le recyclage de certains produits, notamment les emballages plastiques en tout genre. Ce n’est certes pas une raison pour consommer davantage mais nos déchets seront mieux valorisés.

Nous avons également arrêté d’acheter des produits ménagers inutiles et polluants: nous nous limitons à un produit vaisselle, du vinaigre blanc, de bicarbonate de soude, du produit vitre et de la lessive. Certains fabriquent leurs produits ménagers eux-mêmes mais sincèrement, je ne le fais pas par manque de temps.

Et pour les repas au travail, je suis presque zéro déchet: une boîte en verre avec les restes de la veille. En fait, le soir je fais double ration, afin d’en avoir pour nos « gamelles » le lendemain midi. J’ai ma bouteille en verre pour l’eau et en dessert un fruit (je récupère les peaux pour les mettre au compost chez moi) ou une compote maison. Ainsi, mon déjeuner ne produit pas de déchet!

  • Côté salle de bain

Les disques démaquillants et cotons ont laissé la place à des lingettes lavables. Cela va bientôt faire 1 an qu’on en utilise et elles sont toujours aussi bien. Nous n’utilisons plus de cotons tige mais rassurez-vous, nos oreilles sont propres! Nous utilisons une serviette humide et une sorte d’oriculis. Nous optons pour du savon solide mais avons encore du shampoing liquide en bouteille plastique. Rome ne s’est pas faite en un jour!

lingettes lavables neobulle

  • Côté vestimentaire

Je m’étais lancée un objectif l’an passé: ne pas acheter de vêtements pendant 1 an car mon dressing débordait. Et je suis fière de moi car cela fait 1 an et demi que je n’ai rien acheté pour moi. J’ai même fait du tri et ai mis 3 sacs poubelle au relais. Je n’ai gardé que les vêtements que je mets le plus souvent et dont je suis sûre de l’utilité. Moi qui étais il y a quelques années, une fan de vêtements, cela ne me manque pas du tout!

J’ai tout de même acheté quelques habits pour Pauline qui grandit beaucoup. Mais encore une fois pas de chose superflues. En plus, Pauline n’aime pas vraiment les robes, encore moins les jupes, c’est donc assez facile de l’habiller.

  • Côté jardin

Avoir un jardin est le meilleur moyen de réduire vos déchets. Cette année a été très fructueuse en fruits et en légumes, nous nous sommes régalés de fraises, de groseilles, de dizaines de kilos de mirabelles, de tomates, de courgettes, de courges, de radis, de betteraves, de choux… Bref, de quoi cuisiner de bons plats sans se déplacer! J’ai du faire une cinquantaine de pots de confitures, de quoi tenir plusieurs mois.

Avoir un composteur permet de valoriser les épluchures et autres déchets alimentaires comme les coquilles d’œufs. Cela réduit la poubelle ménagère et donne du bon compost.

Pour 2018, nous allons donc encore agrandir le potager afin d’augmenter nos récoltes et profiter de ce que la nature nous offre.

Voilà un petit aperçu de nos réductions de déchets. Nous consommons moins, de manière raisonnée et évitons les superflus. Nous utilisons toujours nos voitures car habitant à la campagne et ne bénéficiant pas des transports en commun, c’est difficile de s’en passer. Nous sommes donc très loin du « zéro déchet » mais nos petits pas valent déjà beaucoup. Et c’est ce qui compte. Car si chacun faisait un effort et évitait la surconsommation, le monde irait un peu mieux… Malheureusement, la plupart des gens de mon entourage ne pensent pas ainsi et consomment à outrance. Comme si posséder était synonyme d’exister. Mais ceci est un autre débat…

Publicités

4 réflexions sur “Réduire ses déchets -1 an après

  1. Je te félicite Emilie car je sais combien il est compliqué de s’organiser ainsi lorsqu’on a une famille. Tu as la chance d’avoir un potager et des fruitiers ce que facilite ta tâche. En tous cas, tu fais le maximum pour le bien être de la planète et c’est super. Bisous.

  2. bravo Emilie,j essaie aussi de reduire ,pour l instant je suis consciente j ai 2 composteurs ,je limite aussi les prodiuits de nettoyage ,apres cote alimentaire c est parfois plus difficile mais j y travaille,mais un peu echaudee car j ai loupe toutes mes plantations a cause de la secheresse notamment …bref bilan l annee prochaine !!!en attendant bon reveillon de la saint sylvestre ,a l année prochaine ,bises

  3. Bonsoir,
    comme je me retrouve dans vos réflexions ! Nous avons participé en famille l’année dernière au défi « Familles à énergie positive ». On avait besoin d’un groupe pour rester motiver… L’objectif : réduire ses consommations d’énergies, eau et électricité. Oh bien sûr, c’étaient de petits gestes simples et anodins mais certains étaient chronophages, d’autres beaucoup plus simples… Alors, au bout d’un an, on a « choisi » les gestes à garder : la douche 5 minutes (mais on a rangé le sablier…), les lumières éteintes quand on quitte une pièce, diminuer le chauffage, mettre des rideaux aux fenêtres ou simplement fermer les volets ! Le « zéro déchets », ça me tente énormément. Je fantasme sur ces familles qui ne produisent qu’un bocal de déchets par an. Mais chez nous, même si nous recyclons, donnons, chinons, compostons, impossible de réduire nos déchets sans y perdre un temps fou ! Alors je me raisonne, et comme vous, je choisis d’optimiser et fais au mieux… Par exemple, impossible de trouver un shampoing solide qui convient à toute la famille, j’achète ma viande en circuit court mais sous vide, et mes enfants sont définitivement fans de certains biscuits à emballages multiples… mais il faut se fixer des objectifs accessibles, sinon on se décourage ! Alors parmi les bonnes résolutions 2018, il y aura surement : arrêter cotons et coton-tiges et acheter davantage en friperie…
    Bonne continuation dans ce beau projet et bonnes fêtes de fin d’année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s