Bokashi, une nouvelle façon de composter

Composter est non seulement un bon moyen de réduire ses déchets mais aussi de fabriquer soi-même du terreau qui sera très utile au jardin. Cela fait plusieurs années que nous faisons du compost. Un bac en bois avait été installé au jardin pour accueillir les épluchures de cuisine, les mauvaises herbes, la tonte de pelouse, les feuilles mortes… Ce tas de compost nous a servi de lit pour accueillir une nouvelle planche de fraisiers qui se sont montrés très vigoureux avec des fruits énormes!

L’année dernière, nous avons créé un nouveau composteur, car l’ancien avait fait son temps, avec des planches de palettes, séparé en deux compartiments et il se remplit très vite. Nous alternons des couches de matières brunes et de matières vertes, ajoutons un peu de cendres de la cheminée. Cela réduit considérablement nos déchets et nous donne un beau terreau qui servira au jardin au printemps prochain.

Récemment, j’ai pu tester le seau Bokashi. J’ai gagné ce seau via un concours facebook organisé par Hozelock et j’étais curieuse de découvrir ce produit. Le Bokashi est une nouvelle technique de compostage venue du Japon et signifie « matière organique fermentée ». Le but est de saupoudrer du son de blé auquel on a ajouté des micro-organismes efficaces sur les déchets alimentaires dans un seau hermétique. Les micro-organismes agissent sur la fermentation et la dégradation des déchets. Une fois la fermentation terminée, le compost peut être enterré ou placé dans un tas de compost extérieur pour compléter sa décomposition.

seau bokashi

Je voyais ici un bon moyen de réduire davantage notre poubelle ménagère! Bien qu’elle soit de plus en plus petite, il reste toujours des aliments putrescibles que l’on jette dedans et qui ne peuvent aller au compost: quelques restes de repas, les morceaux de poissons, le pain…

Le seau Bokashi est un seau hermétique de 16L équipé d’un robinet, d’un tamis, d’un récipient et d’un sac activateur Bokashi. On peut y déposer presque tous les déchets biologiques. Cela fait maintenant 1 mois que nous testons ce seau et notre poubelle ménagère est devenue très légère. Malgré cela, nous continuons à payer la même taxe ménagère comme tout le monde! Il faudrait peut-être réfléchir à une autre organisation pour les taxes car ceux qui réduisent considérablement leurs déchets payent autant que ceux qui ne font aucun effort!

seau bokashi

 

Avant de commencer à mettre des aliments, il faut épandre une fine couche de son puis déposer les déchets. Il faut veiller à les couper en petits morceaux afin que la fermentation soit plus efficace et plus rapide. J’ai donc mis dedans les épluchures de légumes (et il faut dire qu’on en consomme beaucoup!), les coquilles d’œufs, les restes de repas: un peu de riz, de pâtes, les écorces d’agrumes que je ne mets jamais au compost car elles sont vermifuges, les croûtes de fromages qu’on ne mange pas, les sachets de thé… En fait, je mets quasiment tout ce que je jetais au composteur mais en y ajoutant des petites quantités de restes (très petites car nous essayons de finir les restes) mais surtout les peaux d’agrumes que nous mangeons beaucoup en ce moment: clémentines, pomelos… Pour les pomelos, je découpe la peau en petits morceaux. J’y mets aussi les morceaux de poissons que nous ne mangeons pas: tête, peau et même arêtes. A chaque fois que je mets des déchets dedans, je tasse  avec le petit outil fourni et je saupoudre une petite quantité de son. Après un mois d’utilisation, notre bokashi est presque plein.

 

Au bout de 2 semaines, nous avons pu extraire du liquide de fermentation qui, mélangé à de l’eau, est un excellent engrais. Une fois le seau rempli, il faudra le laisser reposer deux semaines puis le mettre au jardin. Mais on pourra continuer de récupérer du liquide tous les 3 jours environ.

seau bokashi

seau bokashi

Nous étions un peu sceptique, surtout quand à l’odeur et à l’efficacité mais nous avons été agréablement surpris car il n’y a quasiment aucune odeur, juste une légère lorsqu’on ouvre le seau. En fait, c’est le sachet de son qui sent le plus fort.

Les plus du Bokashi:

  • est efficace
  • réduit les déchets
  • émet très peu d’odeurs grâce au couvercle hermétique
  • est simple d’utilisation
  • prend peu de place dans la cuisine
  • produit un engrais efficace pour les plantes grâce au liquide de fermentation
  • produit du compost pour le potager

Les moins du Bokashi:

  • nécessite un investissement financier (comptez environ 60 euros)
  • nécessite d’acheter des sachets de son (environ 8 euros le kg pour 6 mois, ce qui n’est pas donné)
  • impossibilité de s’en servir pendant 2 semaines, une fois qu’il est plein. Nous mettrons nos déchets au compost et les restes dans la poubelle ménagère.

Le Bokashi est donc une belle alternative pour réduire ses déchets même s’il comprend quelques inconvénients, qui pour moi sont le prix d’achat et la nécessité de renouveler les sacs de sons. Le concept est efficace et permet d’avoir de l’engrais pour le jardin. Nous avons vraiment réduit le contenu de notre poubelle et ça c’est déjà une petite victoire! Reste à voir si le seau perdurera dans le temps. 

Et vous, connaissez-vous ce concept?  


7 réflexions sur “Bokashi, une nouvelle façon de composter

    1. Parce que le résultat final est très acide, le jus comme les résidus. Le métal serait vite corrodé, le bois s’imprégnerait.
      Le jus,qui ne se conserve pas, est à utiliser de suite très dilué (1 à 2%), entre autres pour neutraliser cette acidité.Respecter cette dilution.
      Les résidus peuvent être mélangés au compost ou enfouis dans une zone préparée mais non plantée : attente de 15 jrs avant de planter pour laisser disparaitre cette acidité. Décomposition dans le sol en 3 mois mais plantation possible après 15 jrs.

  1. Pas mal ce produit, ça permet de garder le compost de façon hermétique à l’intérieur donc finalement c’est un vrai plus par rapport à une « boîte » classique. J’ai testé les vieilles boîtes de glace, et ça s’est vite avéré trop petit. J’ai tenté les boites en bois un peu plus grosses, mais là c’est le côté hermétique qui fait défaut… ce système là me paraît sympa !

  2. merci pour cet article. J’ai bien l’impression que je viens de trouver la solution pour composter qui nous conviendrait. On a un petit jardin sans vrai recoin où mettre un composteur classique. mais j’ai l’impression après avoir parcouru plusieurs sites qu’il en faudrait presque deux: un pour mettre les déchets au quotidien et l’autre fermé en « phase de fabrication intensive »…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.