Nourrir le sol de son potager

Pour espérer avoir de beaux légumes, il faut un sol riche et fertile dans lequel vos récoltes vont s’épanouir.

La saison des semis et des plantations arrive à grand pas. Peut-être avez-vous déjà commencé les semis intérieurs? Ici, nous avons semé des tomates, qui sont déjà sorties et qui commencent à avoir 4 feuilles, des poivrons, des choux, des concombres, qui vont rester au chaud dans la maison. Et j’ai semé des fleurs sous la serre.

Avant de débuter les semis extérieurs, il faut cependant penser à la préparation du sol, action primordiale pour les légumes du potager. Il est essentiel d’assurer une fertilité du sol, car celui-ci s’épuise au fils des années de culture. La fertilité peut se voir de diverses façons: la fertilité physique, chimique et biologique. Le sol a besoin d’être bien structuré, aéré, décompacté et aussi être capable de retenir l’eau et les minéraux. (On voit d’ailleurs de nombreux champs qui sont devenus des mares d’eau). Quelle que soit la nature de votre sol, il est toujours possible de l’améliorer. La fertilité chimique est aussi importante afin que les minéraux présents dans la terre puissent se développer et nourrir vos plants. Et enfin, la fertilité biologique: votre sol est vivant, peuplé de micro-organismes, de bactéries, de champignons, de vers de terre, ces laboureurs indispensables qui font une grande partie du travail à la place du jardinier. D’ailleurs notre potager est rempli de vers de terre, le signe d’une bonne fertilité!

vers-de-terre

Il est donc important de favoriser la vie du sol de son potager! Avec des apports adaptés et plus ou moins conséquents, la terre s’améliore et est de plus en plus fertile, et cela grâce au travail du jardinier qui tend à rendre son sol vivant.

Amender son sol, lui apporter les éléments dont il a besoin permet de garantir de belles récoltes. Il est important de couvrir son sol pour le développement de la vie souterraine. Différentes matières peuvent être incorporées: du fumier, du compost, des paillages, des engrais organiques…

A la maison, nous utilisons principalement ce que le jardin nous offre: du compost, de la tonte de pelouse et des feuilles mortes. La tonte et les feuilles mortes servent essentiellement de paillages. On met aussi de la paille que l’on a achetée à un voisin, du terreau acheté à Biotero et du fumier de cheval récupéré gratuitement dans une ferme, non loin de chez nous.

Pour le fumier, on le laisse plusieurs mois se décomposer. En automne, j’en étale sur le potager et je recouvre de feuilles mortes pour faire une épaisse couverture pour l’hiver. Et j’en ajoute au moment des plantations au pied de certaines plantes très gourmandes comme les courges.

Le compost, l’or noir du jardinier, est aussi utilisé en automne et lors des plantations. J’en mets directement sur la terre, et au pied des plantes. De quoi nourrir le sol.

Toute l’année, le sol est paillé avec des tontes de pelouse et/ou de la paille, sur la plupart des cultures. A long terme, les paillages apportent de la richesse nutritive. Et en plus, ils permettent de conserver la fraîcheur du sol, de limiter les arrosages et les mauvaises herbes.

Un exemple du potager qui est paillé afin de limiter le désherbage, de conserver la fraîcheur du sol et de le nourrir à terme. (avril 2019)
Les fraisiers sont aussi paillés -après avoir ajouté un peu de fumier- pour limiter aussi les mauvaises herbes et faire en sorte qu’elles ne pourrissent pas au contact de la terre (octobre 2019)

Il existe aussi des engrais organiques comme le sang séché, la corne broyée qui sont très riches en azote mais assez chers.

Toutes ces méthodes ont pour but de nourrir le sol mais il existe aussi des moyens pour stimuler les plantes et leur développement.

J’ai récemment reçu à tester des biostimulants 100 % naturels de la marque Terra Fertilis: un fertilisant potager et un fertilisant pour les arbres fruitiers. Ces fertilisants sont utilisables en agriculture bio et composés de bois végétal et d’autres produits inspirés de la nature. Du charbon végétal, recouvert d’une pellicule de champignons mycorhiziens, est utilisé, il absorbe 2 à 3 fois son poids en eau et la restitue progressivement à la plante. C’est donc la garantie de moins d’arrosage et de moins d’engrais. Les plantes seront naturellement plus résistante et offriront de meilleurs récoltes.

biostimulant-trilis-potager

Le biostimulant potager est utilisable en pleine terre, en carré potager ou directement auprès des plantes. Nous allons en épandre un peu partout au potager afin d’apporter de la nourriture au sol et aux plantes.  Celui pour les arbres et arbustes sera répandu autour de certains petits fruitiers.

biostimulant-trilis-potager

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre que les premiers semis poussent au potager et rêver de délicieuses et abondantes récoltes. Avec tout ça, nos amendements maison et ceux reçus par Terre Fertilis, la terre devrait être bien nourrie et nous le rendre.

Derniers conseils: évitez de labourer votre sol afin de ne pas tuer les vers de terre et de ne pas trop perturber toute la vie microbienne et souterraine. Utilisez vos déchets de jardin pour amender le sol et pensez également aux engrais verts comme la phacélie qui recouvrent le sol, le remplissent de racines et le nourrissent.

Et vous amendez-vous votre sol? Mettez-vous des engrais? 

Bon jardinage à tous! 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.