Jardiner sans se ruiner

Le jardin est un loisir qui peut vite coûter cher, mais avec quelques astuces on peut jardiner sans se retrouver sur la paille! Lorsqu’on va en jardinerie ou chez le pépiniériste, on est toujours tenté d’acheter des magnifiques plants mais parfois la note est salée car on a acheté beaucoup et aussi parce que le prix de certaines plantes peut vite monter.

Vous avez des envies de jardin, de potager, de mettre les mains dans la terre et de produire vos propres fruits et légumes, et ce sentiment s’est accru depuis le confinement? Et bien lancez-vous! Mais avant, voici quelques conseils pour éviter de dépenser trop d’argent, car entretenir un jardin et se lancer dans le potager peut coûter très cher. Vous aurez besoin d’un minimum d’équipement pour tous vos travaux. Avant de faire des achats inutiles, questionnez-vous sur vos réelles envies et soyez astucieux pour dépenser moins. Prêts pour les économies?

jardiner_sans_se_ruiner

1. Les outils
Un bon jardinier doit être bien outillé. Cependant, inutile d’acheter tout l’arsenal du magasin de bricolage. Les essentiels suffisent: une fourche, une bêche, un râteau, un transplantoir et un arrosoir. Privilégiez des matériaux de qualité qui seront pérennes dans le temps. Néanmoins, pour les petits budgets, achetez d’occasion dans les vide-greniers ou sur internet. Notre premier achat a été une tondeuse, outil indispensable. Elle a aujourd’hui 10 ans et fonctionne toujours très bien. Un petit entretien de temps en temps permet de la maintenir en forme. Ensuite, on s’est équipé au fil du temps. Mais ce qu’on a retenu est qu’il vaut mieux mettre le prix et avoir de la qualité. Au début on achetait des sécateurs à bas prix et ils duraient à peine une saison. Puis on en a acheté un assez cher mais de qualité qui dure depuis plusieurs années.

Vous aurez aussi besoin de pots et d’étiquettes. Pour les contenants, recyclez des pots de yaourts, des bouteilles en plastiques, des cartons de papier toilette. Nous utilisons des pots en plastique certes peu écologiques mais qui durent plusieurs années et sont des pots recyclés de plants achetés. Ainsi on n’a rien acheté et en plus, on recycle ceux qu’on avait déjà.  Pour les étiquettes fabriquez-les avec des bâtons de glace, des morceaux de bois… soyez ingénieux et créatifs, cela allégera fortement votre budget. Vous trouverez sur Pinterest de nombreuses idées pour fabriquer des étiquettes. L’année dernière, on avait fait des dessins sur des galets avec des feutres spéciaux.

2. Le terreau
Les premières années, vous achèterez des sacs de terreau en jardinerie, mais par la suite compostez vos déchets ménagers et faites votre propre terreau. Vous réduirez vos déchets en les recyclant, vous disposerez de terreau gratuit et vous améliorerez le sol. 100% gagnant! Et pas besoin d’investir dans un bac à compost, un tas au fond du jardin suffit. Quasiment tous les ans, on achète du terreau dans une entreprise près de chez nous ( je crois que c’est moi de 50 euros le mètre cube) que l’on va chercher avec la remorque. Il nous sert surtout lorsque l’on créé de nouveaux massifs ou pour remplir des pots. Et on utilise beaucoup le compost fait maison pour amender et enrichir le sol. Et tous les ans, j’achète du terreau à semis en jardinerie. Pour l’année prochaine, je tenterais peut-être le terreau à semis maison… Après tout dépend de la terre de votre terrain, il est parfois utile de l’enrichir et donc du terreau est parfois nécessaire les premières années.

3. Les graines
Semez plutôt que d’achetez des plants à repiquer. C’est très économique bien que ça demande plus de temps. Même si elles sont plus chères à l’achat, préférez les graines bio reproductibles, vous pourrez ainsi récupérer chaque année des graines. Récoltez des graines dans la nature, sur les talus. Faites des échanges avec vos voisins, vos amis, aller dans les foires aux plantes.

graines

J’essaie de récupérer un maximum les graines de mon jardin: celles des fleurs comme les pavots, les nigelles, les mufliers, les ancolies, les cosmos… que je ressème l’année suivante. J’en donne aussi à mon entourage. L’avantage est que c’est totalement gratuit, l’inconvénient est que l’on retrouve les mêmes plantes. Il est alors bon de faire des échanges. Cette année, je n’ai pas participé au SOL (Seeds of Love) mais cela fait 3 ans que je fais des échanges avec d’autres internautes. C’est un bon moyen d’avoir des graines différentes à moindre coût (juste les timbres pour les frais d’envoi).

Pour les légumes, j’essaie de laisser monter en fleurs quelques plants. Par exemple, l’année dernière j’ai laissé une blette monter en fleurs et je me suis retrouvée avec de très nombreuses graines que j’ai semées au printemps et qui poussent très bien. Je récupère aussi les graines des tomates, des courges, des radis, de salade… et puis j’ai des copines internautes qui m’envoient des graines différentes pour faire varier les plaisirs. On fait des petits échanges entre jardinières (une pensée pour Choupiprof!) Quel plaisir de faire ces échanges et ensuite de voir les petits semis pousser.

Je fais aussi des achats, comme cette année, j’ai acheté des petits pois et de nouvelles variétés de haricots grimpants. Et en tant que bloggueuse, j’ai aussi la chance de recevoir des graines en test de produits, ce qui me permet de découvrir des nouveautés.

4. Bouturage et division
Un moyen gratuit pour obtenir des plantes est de les bouturer ou de les diviser. Récupérez des branches chez des amis et mettez-les en bouture chez vous. C’est parfois un peu long car la plante est petite mais cela réduit les achats. Récemment, j’ai cueilli quelques branches de clématite sur un talus dans le village et j’en ai fait des boutures qui semblent avoir très bien reprises. De quoi avoir de nouveaux plants gratuitement. Cependant, les plants étant petits, il ne faut pas être pressé.

bouture-clématite

Divisez les vivaces pour les multiplier, c’est une méthode facile. Au printemps, on peut diviser les touffes de fleurs mais aussi de certaines aromatiques comme la ciboulette. Les pieds sont régénérés et encore plus beaux après.  Et c’est aussi l’occasion de faire des échanges de vos pieds avec vos amis.

Multiplier les fraisiers en replantant les stolons. Ici, on est dingue des fraises, aussi, tous les ans, on récupère les stolons et on agrandit la fraiseraie, jusqu’à ne plus savoir où en mettre. Du coup, on fait plaisir à notre entourage qui est toujours ravi d’avoir des pieds de fraises. C’est une technique très facile et accessible. Je vous explique les méthodes ici.

stolon-fraisier

5. Des économies d’eau
La facture d’eau peut vite grimper. Récupérez l’eau de pluie dans de simples cuves, vous faites des économies et un geste pour l’environnement. L’année dernière on a acheté une cuve d’occasion sur Internet et on utilise des poubelles pour récupérer l’eau des gouttières. On a aussi la chance d’avoir une citerne, un puits qui récupère les eaux de pluie du toit. Mais avec les épisodes caniculaires qui se font de plus en plus fréquents, même en Normandie, mieux vaut avoir des réserves d’eau. Et en complément, n’hésitez pas à pailler vos cultures avec des tontes de gazon, de la paille pour éviter que l’eau ne s’évapore trop vite. Évitez les plantes trop gourmandes en eau.

Voilà donc quelques astuces pour jardiner sans exploser son budget: il faut être ingénieux et créatif mais s’armer aussi de patience car le jardinage en mode récupération et économie demande plus de temps et de patience. On part de graines et de boutures donc la croissance est plus longue que si on achète ses plants déjà grands en pépinière. Mais vous serez fiers de vous dire que c’est vous qui l’avez fait et que c’est le fruit de vos efforts. Dans la vie, il faut savoir prendre le temps…

Si vous avez d’autres astuces pour faire des économies au jardin, n’hésitez pas à les partager…

Bonne soirée

 


3 réflexions sur “Jardiner sans se ruiner

  1. Merci pour cet article ! Je vais m’en inspirer pour mon potager de balcon.
    Je n’avais pas pensé à la récupération d’eau. Maintenant que je suis au dernier étage et que je peux le faire. Je vais donc y penser.
    Pour mes astuces : j’utilise un bidon dans ma salle de bain pour récupérer l’eau froide qui coule avant qu’elle soit chaude. J’utilise une boite d’œufs pour mes semis. Pour accrocher les plantes aux tuteurs je n’achète pas de fil de plastique ou de fer. Je coupe des vieux collants opaques pour faire des élastiques et cela sert à accrocher les plantes en douceur. Et je les réutilise d’année en année.

    1. Moi aussi je fais le seau d’eau dans la baignoire mais je le mets dans les toilettes, ça use de chasse d’eau de moins.
      J’utilise aussi des bambous en guise de tuteur.
      Ravie de t’avoir donné quelques idées.
      Bonne soirée

  2. Merci pour toutes ces astuces. Ce n’est pas seulement économique, c’est aussi écologique 😉 Je jardine également sur mon balcon, et même là il est facile de faire des économies. Souvent, une cuillère à soupe et une vieille fourchette me servent d’outils. J’ai un peu de compost et je m’en sert pour enrichir la terre qui a déjà servi dans mes pots (cela fonctionne quelques années de suite). Je ne peux malheureusement pas récupérer l’eau de pluie, mais j’utilise l’eau de cuisson des pâtes, du riz, etc… (sans sel bien sûr).
    Amicalement
    Valérie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.