Pesto ail des ours

L’ail des ours est un ail sauvage, légèrement piquant, aussi appelé « ail des bois ». Cette bulbeuse pousse dans les sous-bois, dans les endroits humides, entre février et avril. 

C’est donc le moment de parcourir les bois à la recherche de cette herbacée sauvage qui vous ravira les papilles. Mais avant la cueillette, quelques recommandations s’imposent! 

Où et quand cueillir l’ail des ours? 

Cette plante pousse spontanément dans les sous-bois et se reproduit grâce à ses bulbes. On peut alors trouver des tapis d’ail des ours dans les zones ombragées. La saison de la cueillette est assez courte. En février, les feuilles commencent à apparaitre, les fleurs apparaissent un mois plus tard. Il est préférable de cueillir les feuilles avant la floraison, elles seront plus tendres et parfumées. J’ai déniché un petit coin dans mon village où je vais faire la cueillette, tout en restant très raisonnable. Dans la nature, on prend en petite quantité, juste ce dont on a besoin.

Comment le reconnaître? 

L’ail des ours se reconnait avant tout grâce à son odeur caractéristique. Il suffit de froisser légèrement les feuilles qui dégagent alors une senteur d’ail. Il est donc nécessaire de se fier à son odorat afin de ne pas se tromper. Ses feuilles sont longues et pointues, et les bulbes s’étendent très souvent en vaste colonie. Lorsque les fleurs pointent le bout de leur nez, se forment alors des petites étoiles regroupées en ombrelle, d’un blanc éclatant. Une fois la floraison terminée, les feuilles commencent à jaunir, comme la majorité des plantes à bulbes. 

Toutefois, attention de ne pas le confondre avec d’autres plantes toxiques: 

– le colchique qui est très toxique mais qui a des feuilles plus épaisses et pas de tige

– le muguet qui tapisse aussi certaines forêts, celui-ci a plusieurs feuilles qui sont enroulées autour de la tige. Il est moins toxique que le colchique mais provoque tout de même des désagréments. 

– l’arum sauvage qui, lui, a moins de nervures sur les feuilles

Pour la cueillette, mettez vos récoltes  dans un panier ou un sachet en papier pour conserver la plante. 

Plantez l’ail des ours au jardin

Si vous ne voulez pas vous déplacer en forêt, plantez-le au jardin. Achetez des graines ou des bulbes, installez-les dans un endroit ombragé; au milieu d’un massif, cela fera son effet. Au potager, l’ail des ours protège certains légumes grâce à son odeur qui repousse les indésirables. 

Côté cuisine

Les feuilles sont consommées crues; hachées finement, elles subliment les salades. Mais on en fait surtout du pesto, avec des pignons de pin et de l’huile d’olive. A la cuisson, l’ail des ours perd de la saveur. Les fleurs sont aussi comestibles. Les boutons floraux sont utilisés comme des câpres.  

J’ai donc testé le pesto d’ail des ours, mais en mettant des noix à la place des pignons de pin. D’une part parce que j’ai encore beaucoup de noix à la maison et en plus parce que les pignons de pin sont assez chers.

Ingrédients:

  • 50 g de feuilles d’ail des ours
  • 60 g de noix
  • 50 g de parmesan
  • 80 g d’huile d’olive

Lavez les feuilles, ciselez-les. Mettez tous les ingrédients dans un mixeur/blendeur, mixez et le tour est joué!

Le goût est assez fort, normal, l’ail des ours a un goût d’ail! On peut le mettre sur des tartines, en fond de pizza, dans des pâtes…

Et vous quelles sont vos recettes?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.