Produire ses graines bio

Depuis quelques années, je récupère mes graines de fleurs du jardin: tournesols, pavots, nigelles, œillets… c’est très facile et très économique! Le stock est toujours assez régulier. Parfois il arrive que les récoltes soient maigres ou ratées. Je repense à ces graines de tournesols que j’avais laissées sécher à l’air libre sous la cabanon et qui au bout de quelques jours avaient été dévorées par un petit rongeur.

Donc chaque fin d’été, je récupère les graines des fleurs du jardin, mais aussi parfois sur les talus du village, comme la monnaie du pape qui maintenant fleurit dans mes massifs.

Et depuis 3 ou 4 ans, je me suis tournée vers les graines potagères bio, qui sont plus en phase avec ma façon de jardiner. Et l’avantage, c’est que ces graines sont reproductibles. On peut alors retrouver d’une année sur l’autre des variétés de légumes ou des aromatiques qui ont bien fonctionné au potager.

Ainsi, je récupère désormais les graines de tomates, de concombres, de haricots, de choux, de radis… mais aussi d’aromatiques comme le basilic, la coriandre, l’aneth… Et dans l’ensemble, les semis fonctionnent bien. Pour les récoltes, il y a parfois la météo qui jouent en ma défaveur, ou les insectes qui passent avant moi.

Et je viens de finir la lecture de ce livre aux Editions Terre Vivante:

Produire ses graines bio

C’est une vraie mine d’informations, une lecture très intéressante. Au sommaire: les fondements de la sélection (comment maintenir les variétés, les améliorer, les sélectionner). On y parle un peu de génétique. Ensuite, le livre aborde la culture des porte-graines, le matériel à utiliser et les méthodes de tri. Et enfin, le livre explique comment récolter les diverses graines de légumes, d’aromatiques, de fleurs et même d’engrais verts.

Une lecture très enrichissante qui me conforte dans l’envie de récupérer de plus en plus mes graines. Par contre, je ne tente pas les graines de courgettes, ni de courges car elles subissent très souvent des hybridations et leur aspect est rarement le même.

Voici par exemple, des graines de haricots grimpants violets. J’avais acheté un sachet chez @lasemencebio que j’ai planté en mai dernier. En fin de saison, j’ai laissé sécher sur place quelques graines. A l’automne, j’ai enlevé les plants du potager et ai gardé les graines bien sèches. Je les ai mises dans une enveloppe. Il y a quelques semaines, j’ai planté sous la serre ces mêmes graines qui ont très bien germé (quasiment 100% de germination), et qui ont maintenant rejoint le potager. ( le repiquage des haricots évite qu’ils soient dévorés par les limaces dès qu’ils germent au potager).

Sur le même principe, je récupère les graines de blettes (je laisse monter en graines 1 ou 2 pieds, le pied devient alors gigantesque) puis je récupère les graines que je mets à sécher. Ces graines de blettes ont été récoltées il y a 2 ans et donnent encore de beaux semis, prêts à être repiqués au potager. Et comme nous sommes très friands de blettes, on en sème beaucoup! (au grand désespoir de Pauline).

Les graines sont séchées et conservées dans des sachets en papier (type enveloppes) ou des petits pots en verre. Je pense que le mieux est le sachet en papier qui permet de laisser passer l’air. Assurez-vous que les graines soient bien sèches avant de les ensacher. Ensuite, je les conserve dans une boîte en métal à l’abri de la lumière. Les graines se gardent plusieurs années; tout dépend de la variété.

Si elles sont trop vieilles, testez-les en en faisant germer quelques unes au préalable.

J’aime produire mes graines, mais je continue d’en acheter quand même, pour découvrir de nouvelles variétés.

Et vous, récoltez-vous vos propres graines?


2 réflexions sur “Produire ses graines bio

  1. Ah oui , je recolte mes graines et fais mes semis avec plus ou moins de chance , cette année ça a été un succès ,a part les poivrons et les fenouils
    Bon jardinage . Bizh

  2. Merci pour cette trouvaille concernant le livre qui a l’air très instructif. Pour ma part, j’ai déjà récolté quelques graines d’aromates, mais pas de façon régulière. En revanche, en grande paresseuse, je laisse souvent les fleurs se resemer dans les jardinières et pots de mon balcon et cela fonctionne très bien.
    Amicalement
    Valérie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.